Système de capitalisation en continu pour le projet EJM

  • Contract
  • Remote
  • TBD USD / Year

Helvetas

Projet : Enfants et Jeunes sur les routes migratoires en Afrique du Nord et de l’Ouest

Mission : Système de capitalisation en continu pour le projet EJM

Date de la mission : février 2024 à février 2025

Contacts :

Consortium de mise en œuvre : Helvetas, GIZ, Terre des hommes

Date de début estimée :23 février 2024

Date de fin : 23 /02/2025

  1. Introduction et Contexte

Le nombre de migrants internationaux s’accroît chaque année, il est estimé à 272 millions en 2019, soit 3,5% de la population mondiale1 dont 33 millions sont des enfants de moins de 18 ans (augmentation de 28% entre 2010 et 2019)2, en lien avec l’augmentation de la population mondiale. Tel que présenté dans le Cadre de la politique migratoire pour l’Afrique (2018 – 2030), « les forces motrices, la dynamique et les modèles de migration varient selon les régions d’Afrique. Cependant, au cours des 15 dernières années, les migrations ont augmenté dans toutes les régions de l’Afrique et se caractérisent par une population immigrante essentiellement jeune, âgée de moins de 30 ans et des flux migratoires divers ». En Afrique de l’Ouest et du Nord-Ouest, sur une estimation de 40-45 millions migrants internationaux, 5 millions seraient des enfants3, même si jusqu’à présent il n’existe pas de données exactes sur les enfants en mobilité et qu’il est difficile d’obtenir des données désagrégées par sexe, bien qu’une féminisation de la mobilité soit constatée depuis plusieurs années dans le continent africain4. Les enfants constituent en conséquence une partie importante des mouvements de populations dans le monde, et les causes justifiant cette mobilité sont très diverses : pauvreté extrême, manque d’emploi, volonté d’accéder à une offre éducative de qualité, recherche d’opportunités de développement durable, tradition familiale ou sociale de migration, fuite des violences, instabilité politique ou liée aux conflits et problèmes environnementaux, ou tout simplement la quête d’un mieux-être. Les filles, quant à elles, ont ces mêmes motivations, auxquelles s’ajoutent souvent l’inégalité et la discrimination de genre causées par les pesanteurs socioculturelles de leurs communautés d’origine qu’elles continuent très fréquemment à subir pendant leur périple migratoire.

Dans ce contexte, le gouvernement suisse s’engage dans le financement d’un projet régional sur les enfants et les jeunes sur les routes migratoires (EJM) en Afrique du Nord et de l’Ouest. Le projet « Enfants et Jeunes sur les Routes Migratoires d’Afrique de l’Ouest et du Nord » veut renforcer de manière pérenne les systèmes nationaux et régionaux de protection, d’éducation et d’insertion socioéconomique et faciliter l’accès des enfants et jeunes en mobilité aux services rendus par ces systèmes (insertion économique à partir de 18 ans).

Le projet a commencé avec une phase préparatoire (2021) et une première phase de 3 ans dans 5 pays pilotes pour pouvoir développer et tester des approches de renforcement des systèmes qui seront pérennes et qui ne dépendront pas structurellement des ressources extérieures (2022-2024 ; Guinée, Mali, Maroc, Niger, Tunisie). Il est prévu que le projet, dans les phases suivantes, couvre tous les pays de la CEDEAO plus Algérie, Libye et Mauritanie.

Un consortium mené par Helvetas, Terre des hommes et la GIZ en partenariat avec le MMC, Médecins du monde Belgique, Enda/MAEJT, SSI AO et SSI-International a été sélectionné par la Direction du Développement et de la Coopération suisse (DDC) pour la mise en œuvre du projet.

Objectif général du projet :

Les pays en Afrique de l’Ouest et du Nord disposent de et appliquent un cadre normatif et des capacités organisationnelles nationales pour assurer aux enfants et aux jeunes en mobilité la protection et l’accès à l’éducation en vue d’améliorer leurs chances et opportunités pour une vie digne.

Effet 1: Bénéficiaires :Les enfants et les jeunes en mobilité sont mieux protégés et ont accès à une éducation de qualité ; ils disposent des compétences et des capacités qui leur permettent d’améliorer leurs chances et opportunités pour une vie en dignité .

Effet 2: Organisations :Les systèmes et organisations nationaux, transnationaux et régionaux sont renforcés pour offrir une meilleure protection, éducation et intégration socioéconomique aux enfants et aux jeunes en mobilité.

Effet 3: Politiques : Les lois et les stratégies nationales et régionales sont inclusives et sont basées sur les droits de l’enfant ; elles tiennent compte des besoins des enfants et des jeunes en mobilité à travers des protocoles de prise en charge personnalisés .

Effet 4: Profile suisse : La Suisse se profile en matière des droits des enfants et des jeunes en mobilité et promeut ces droits auprès des Etats, instances de coordination et de gouvernance et des organisations partenaires.

Dans ce cadre le projet EJM entend mettre en place un système de capitalisation pour permettre aux acteurs directs et indirects du projet de bénéficier pleinement des leçons apprises et des bonnes pratiques, de mieux comprendre les mécanismes de mise en œuvre et d’évolution des systèmes autour de, et prenant en charge les EJM.

2. Objectifs de la mission

2.1 Objectif Général

Un système de capitalisation fonctionnel doit être mis en place dans le cadre du projet afin de**comprendre, formaliser et diffuser des leçons apprises, bonnes pratiques,**etc., permettant d’identifier, de formaliser puis de diffuser et de répliquer d’un pays à l’autre et /ou dans les pays à inclure lors des phases successives du projet.

L’objectif est donc dans un premier temps la mise en en place du système de capitalisation puis et surtout, sa mise en œuvre tout au long des mois restants de la phase 1 du projet.

Les enseignements tirés et les expériences mises en œuvre dans le projet lors de cette première phase:

  • Un apprentissage incluant tous les acteurs impliqués, collectif en continu dans le but d’améliorer l’approche systémique et les activités en découlant, au fil du projet, grâce notamment aux échanges à différents niveaux (régional, national, transnational et transfrontalier) ;
  • Une analyse des expériences initiées et accompagnées par le projet EJM, afin de permettre une amélioration des interventions et stratégies à venir axées sur les trois thématiques principales du projet (protection, y incluant la santé, accès à l’éducation et insertion / opportunités de vie) et dans une perspective de changement systémique
  • Le développement d’une expertise et une reconnaissance par les acteurs eux même, sur la protection des EJM.
  • Le lien avec le plaidoyer du projet et le renforcement des capacités permettront aux acteurs des systèmes d’inclure de manière pérenne les EJM dans leur offre. En ce sens la capitalisation est un outil essentiel pour renforcer ces capacités.

2.2 Objectifs spécifiques

La consultance devra piloter et assurer le suivi et la bonne mise en œuvre de la capitalisation en structurant l’accompagnement du processus de construction d’un système de capitalisation, et ce jusqu’à la fin de la phase 1 du projet. Dans ce cadre, les objectifs spécifiques de la consultance sont les suivants :

  • Contribuer au cadrage du système de capitalisation. La consultance devra être en mesure de proposer un cadre idoine pour identifier collectivement avec tous les acteurs du projet les axes thématiques, les objets, les destinataires et les produits de capitalisation. En effet, il convient de centrer la capitalisation sur des éléments suffisamment précis et ciblés en fonction des destinataires de la capitalisation et en fonction des objectifs de capitalisation évoqués. La démarche devra être agile et capable de s’adapter aux changements et à l’évolution des besoins liés aux échanges d’expériences des acteurs eux-mêmes. La consultance doit être à la fois pro-active en termes de cadrage/méthodologie tout en intégrant les besoins et nécessités exprimés par les équipes et acteurs dans chaque pays et au niveau régional.
  • Mettre en œuvre un système de capitalisation participatif, en documentant les expériences (bonnes pratiques, leçons apprises, innovations etc.) à partir d’une analyse des fonctionnalités et activités du projet, en mettant en évidence les éventuelles spécificités contextuelles des 5 pays (Guinée, Mali, Maroc, Niger, Tunisie) et 2 régions du projet (Afrique de Nord et de l’Ouest). L’animation d’une démarche d’apprentissage commun est nécessaire et doit pouvoir renforcer une identité régionale du projet EJM. Des enseignements à tirer au niveau régional sont attendus, au-delà de l’analyse dans chaque pays.
  • Réaliser des produits de capitalisation adaptés dans le but de les diffuser en interne et en externe, auprès des EJM, des tous les acteurs clés et institutions étatiques et non étatiques qui les accompagnent, sur les trois thématiques du projet EJM au niveau national et régional,
  • Construire un guide de capitalisation de qualité centré sur la protection, l’accès à l’éducation et l’insertion, les opportunités de vie des EJM. Il pourrait être composé de plusieurs parties distinctes en fonction des destinataires et des axes thématiques de capitalisation. Ce guide devra comprendre nécessairement :
  • Une analyse sur les approches et stratégies adoptées dans le projet, que ce soit au niveau des pays, de l’échelle régionale et de l’articulation entre ces deux niveaux ;
  • Une modélisation du processus de changement détaillant les étapes mises en œuvre dans le projet à cet effet ;
  • Des fiches de bonnes pratiques par pays, et par approches, issues d’analyses d’expériences très concrètes dans les pays d’intervention. Ces fiches ne doivent pas nécessairement être produites à la fin du projet mais devront faire l’objet de premières productions à des temporalités régulières qui seront discutées lors de la réunion de cadrage. Elles comprendront notamment les informations suivantes : contexte, étapes/démarches, résultats, difficultés, conseils/leçons tirées et inclure la diffusion des savoirs/outils etc…

3. Méthodologie

Le.la consultant.e devra proposer une méthodologie et un chronogramme détaillé dans son offre. Il.elle travaillera sous la supervision du chef de projet et de l’Unité de Mise en Œuvre du projet (UMO). La méthodologie proposée par l’équipe de consultant.e.s devra intégrer les éléments présentés ci-après.

  • Il est attendu que les EJM soient inclus de façon participative, et qu’une méthode spécifique de consultation à leur égard soit proposée en lien avec les partenaires travaillant déjà avec des groupes d’EJM. Une approche participative sera appliquée permettant une participation directe avec les acteurs et groupes cibles dans les zones d’intervention du projet avec une méthode en agilité afin de s’adapter aux besoins et circonstances de chacune des zones.

Thèmes transversaux

Une approche participative et sensible au genre sera appliquée de façon transversale, afin d’assurer une communication, participation et redevabilité inclusives. Un effort sera fait afin d’assurer la prise en compte des profils d’EJM plus vulnérables (sur la base des analyses genre et diversité de chaque pays).

La méthodologie devra prendre en compte le manuel et guide pratique pour travailler en situation de fragilité et de conflit (cf. approche « Gestion des projets sensibles aux conflits (GPSC)[1] ») et le principe “do no harm” (ne pas nuire).

4. Protection des participants au processus de collecte de données

Pendant tout le processus, les consultants et leurs équipes devront appliquer et respecter la Politique de Sauvegarde de l’Enfant des organisations, y compris le consentement et le respect des normes internationales pour des entretiens avec des enfants de moins de 18 ans.

Plus spécifiquement ils devront s’assurer :

  • du respect de la sauvegarde de l’enfance ;
  • de la sécurité et du consentement éclairé des EJM participants,
  • de la protection des données à caractère personnel

5. Rôles, responsabilités et mécanismes de coordination

Le.la consultant.e rendra compte de l’avancée de son travail à la Cheffe de Projet et aux personnes désignées de l’équipe.

À ce titre, l’Unité de Mise en Œuvre (UMO) du projet aura la charge de :

  • Identifier/contractualiser avec le.la consultant.e,
  • Mettre en place un groupe de travail en appui au consultant
  • Superviser l’atteinte des résultats et la qualité des livrables soumis par le consultant
  • Répondre aux demandes d’appui du.de la consultant.e notamment s’agissant de faciliter l’accès aux bureaux de pays partenaires, aux interlocuteurs et documents identifiés comme pertinents par le consultant.
  • Préparer les missions et ateliers avec le.la consultant.e au niveau de chaque pays et au niveau régional au regard des besoins de communication, de la logistique et des contraintes de sécurité.

Le.la consultant.e a la responsabilité de conduire son travail, et les missions nécessaires et de planifier les actions et les mettre en œuvre, avec l’équipe du projet, le consortium et ses partenaires, ainsi que de fournir tous les livrables listés au chapitre 7, conformément à ces termes de référence.

Le.la consultant.e a la responsabilité de :

  • Collecter le contenu selon les TdR;
  • Faire une analyse des documents et résultats produits à ce stade par le projet
  • Développer et faire valider par les acteurs du projet la méthodologie et en assurer la mise en œuvre avec les équipes et partenaires du projet
  • Veiller au respect des normes de visibilité et communication du projet et du bailleur ;
  • Interviewer les EJM et les personnes-ressources en veillant à collecter des informations contextuelles solides, avec des citations fortes illustrant les problèmes et les défis, et les réussites rencontrées.

6. Durée de la mission

La réalisation complète de la consultance est prévue pour une durée de 105 jours de travail étalés sur une période d’une année, entre le 23 février 2024 et le 28 février 2025. La disponibilité et la capacité des soumissionnaires doivent être assurées pour tenir l’engagement de cette date limite. Cette durée s’explique par la volonté de mener un processus de capitalisation en continu sur la dernière année de mise en œuvre de la phase.

Les zones couvertes par le projet sont les suivantes :

  • Guinée : Zone A: Conakry —Zone B : Mamou, Siguiri avec quelques petites interventions
  • Mali: Zone A: Bamako–Zone B : Région de Sikasso
  • Maroc: Zone A: Rabat–Zone B :Oujda /région Orientale
  • Niger: Zone A: Niamey–Zone B : Région Maradi et Agadez
  • Tunisie: Zone A : Tunis —Zone B : Médenine et Zarzis

7. Livrables et délais

Livrable 1 : Rapport d’Inception comprenant une note méthodologique (issu de la réunion de cadrage) – 29 février 24

Livrable 2 Tdr / charte du groupe de travail et du suivi du travail à venir – le 29 février 24

Livrable 3: draft de la structure du guide de capitalisation et Outils détaillés de collecte d’expériences – 1er avril 24

Livrable 4 : Compte-rendu des ateliers régionaux et nationaux – Date à confirmer lors de la contractualisation

Livrable 5: Note méthodologique détaillée actualisée et guide de capitalisation draft – 15 mai 24

Livrable 6 : 2 Rapports intermédiaires de la consultance à fournir tous les trimestres comprenant les comptes-rendus des différents temps d’ateliers et outils remplis. Chaque trimestre

Livrable 7 : Septembre 24

  • 10 fiches de bonnes pratiques provisoires
  • 10 fiches success stories des EJM (type études de cas) –

Livrable 8 :Septembre 24

  • 10 fiches de bonnes pratiques finales
  • 10 fiches success stories des EJM et guide de capitalisation final

Livrable 9: Note de cadrage d’un atelier régional final et présentation PPT des résultats comprenant aussi la facilitation de l’atelier – Novembre 2024

Livrable 10 : Compte-rendu de l’atelier régional 2 – Novembre 2024

Livrable 11 : Remise des produits revus et finalisés de la capitalisation : version finale des livrables prenant en considération les commentaires des acteurs du projet et plan de dissémination des produits de capitalisation – Janvier 25

Indicateurs de performance pour l’évaluation du produit final :

  • Achèvement satisfaisant des tâches ;
  • Qualité du matériel produits et des résultats à diffuser ;
  • Livraison en temps utile des livrables prévus ;
  • Exécution de toutes autres tâches indiquées ci-dessus.

Calendrier prévisionnel

  • 27/01/2024 : Publication de l’appel d’offres
  • 16/02/2024 : Date limite de soumission des offres
  • 23/02/2024 : Signature du contrat avec le(s) prestataire(s) choisi(s)
  • Suivi des livrables tel que dans le tableau en partie 7
  • Rapport final en février 2025.

Considérations légales et propriété

Les produits de cette consultance restent la propriété exclusive du projet EJM et de la coopération suisse (DDC). Ils pourront toutefois être réutilisés à la convenance des parties après accord préalable écrit.

8. Profil du/des consultants

Le/la consultant(e) ou groupe de consultants doit avoir le profil ci-après :

  • Diplôme universitaire de cycle supérieur (Niveau BAC + 5 au moins) : sciences sociales ou équivalent ;
  • Expérience significative en conduite d’exercices d’apprentissage / capitalisation / évaluation / recherche dans le domaine de la protection des enfants et jeunes et/ou de la migration en Afrique du Nord et de l’Ouest, et si possible :
    • Dans le cadre de projets régionaux/multi-pays.
    • Prioritairement dans au moins deux des cinq pays du projet (un dans chaque région) ;
  • Connaissance avérée des questions liées aux mouvements des populations, à la mobilité, à la migration.
  • Connaissance avérée des questions liées à la protection des enfants, à l’éducation et l’insertion et aux approches basées sur les Droits de l’Enfant ;
  • Bonne connaissance et expérience dans la mise en œuvre d’approches participatives ;
  • Excellentes capacités d’analyse et de rédaction ;
  • Maîtrise du français, de l’anglais.

How to apply

Soumission des offres

Le(s) candidat(e)s intéressé(e)s par cette consultation devront déposer un dossier en français comprenant :

  • Devis daté, signé et adressé au projet EJM à Tunis : coût détaillé, montant total, facturation ;
  • Présentation du.de la consultant.e, de ses expériences avec CV et éventuellement de l’entreprise et /ou de de son équipe ;
  • Exemples de travaux similaires ;
  • Offre technique comprenant : la compréhension des TdR, la méthodologie proposée, un chronogramme prévisionnel des tâches pour la réalisation des différentes étapes de la prestation, précisant de manière détaillée des moyens humains et matériels affectés à chacune de ces étapes ;
  • Offre financière comprenant tous les coûts et frais réels de la mission et détaillant les coûts pour chaque étape et par pays ;
  • Modalités de paiement ;
  • Confirmation de la disponibilité aux dates indiquées.

Les dossiers de candidature doivent être envoyés par courrier électronique à l’adresse suivante :

[email protected]

La date de clôture de la réception des candidatures est fixée au 16 février 2024 à minuit CET.

9. Critères d’évaluation des offres :

  • Méthodologie proposée (40%)
  • Pertinence de l’expérience professionnelle (connaissances et expérience en lien avec la mission) (30%)
  • Offre financière (30%)

Deadline: 16 Feb 2024